un écrivain lu

Quand Jacques Chirac fut encensé, acclamé... Analyse...

Jacques Chirac encensé, acclamé...

Daladier aussi fut acclamé quand il signa pour la paix.

Troisième millénaire : Jacques Chirac encensé, acclamé. Même la gauche sauve de ses mandats « son engagement pour la paix. » Jacques Chirac se réveille-t-il parfois en sueur, en premier Daladier du XXIe siècle ? Daladier aussi fut acclamé quand il signa « pour la paix. » La France a rapidement récolté la honte et la guerre.
En acculant les États-Unis et quelques alliés à intervenir sans l’unanimité occidentale, Jacques Chirac a tendu une perche aux extrémistes, qui s’en sont emparés pour compliquer encore plus la situation éminemment complexe du Moyen-Orient. Saddam Hussein s’est auréolé du titre martyr de la liberté ! Alors qu’une opération unanime l’aurait simplement renversé.
Inévitable effet boomerang : la France, pour les extrémistes, a montré sa faiblesse, alors qu’elle croit bénéficier de l’estime du juste, du droit international. http://www.chiracmission.com.
Non assistance à Irakiens en danger, monsieur Jacques Chirac. Une réminiscence de votre vieille amitié avec le dictateur de Bagdad ? Peu importe, le droit d’ingérence ne fut pas appliqué, Bernard Kouchner fut caricaturé en va-t-en guerre. Lui le savait : la victime a besoin d’une intervention extérieure pour se débarrasser d’un tyran.
George Bush, ensuite, montra ce qu’il est. Mais il incombait aux grandes puissances occidentales de ne pas le laisser avec la tentation de dépasser la mission initiale, de ne pas lui imposer l’obligation de fournir d’autres raisons que le renversement du dictateur (et le grand benêt s’est pris les pieds dans la fabrication de fausses preuves d’armes de destruction massive), de ne pas lui laisser la tentation d’une croisade politico-financière-religieuse, d’une petite vengeance familiale après l’humiliation du père Bush lors de l’Irak I. Devoir moral oublié.


Ajouter un commentaire ou votre réponse